• Agrandir le texte
  • Imprimer
  • Réduire le texte

Recherche avancée

Présentation du secteur OCDE

Le SGAE suit l'ensemble des dossiers et des problématiques traités au sein de l'Organisation de coopération et de développement économiques pour assurer l’unité des positions françaises. Conformément à la circulaire du Premier ministre du 21 mars 1994 sur les relations entre les administrations françaises et l’Union européenne, les règles de coordination valables pour l’Union européenne s’appliquent de la même façon pour l’OCDE.

Depuis sa création l’OCDE joue un rôle clé dans le développement économique et l’orientation normative de ses États membres. C’est sa mise en place qui est à l’origine de la création du « SGCI », auquel a succédé le SGAE.

L’OCDE a remplacé en 1961 l’Organisation européenne de coopération économique (OECE), créée en 1947 afin d’administrer l’aide américaine et canadienne dans le cadre du Plan Marshall pour la reconstruction de l’Europe après la seconde guerre mondiale. L’OCDE a pour mission d’aider les gouvernements à réaliser une croissance durable de l'économie et de l'emploi, de contribuer à maintenir la stabilité financière et d’encourager l’expansion du commerce mondial. A cet effet, l’OCDE a élargi progressivement son champ d’action afin d’y inclure un nombre croissant de pays tiers, en plus de ses 33 membres actuels. Elle partage maintenant ses compétences spécialisées et l’expérience qu’elle a accumulée avec plus de 70 pays en développement.

Le SGAE a pour mission d’instruire et de préparer la position française avant chaque réunion de comité et de groupe de travail de l’OCDE.

A cet effet, le secteur OCDE assure la coordination interministérielle nécessaire à l’élaboration des instructions qu’il transmet ensuite à la Représentation Permanente de la France et aux agents chargés de l’expression des positions françaises auprès de l’Organisation.

Organisation internationale à caractère économique, le cœur de métier de l’OCDE (études et perspectives économiques, commerce, agriculture, développement) a été progressivement élargi à de nombreux domaines (Education, Santé, Affaires sociales, mais également Energie avec l’Agence Internationale de l’Energie et l’Agence pour l’Energie Nucléaire), tout en s’intéressant aux nouvelles problématiques (croissance verte, biotechnologies, nanotechnologies).

Parmi les sujets suivis par le secteur, plusieurs questions suivantes revêtent une importance particulière :

  • Examens économiques par les pairs (« EDR ») : cet exercice a pour objectif d’évaluer la performance économique des divers pays membres de l’OCDE et de formuler des recommandations sur les mesures à prendre. Le dernier examen de la France a eu lieu en janvier 2011.
  • Energie-matières premières : les études de l’AIE (publication annuelle des Perspectives énergétiques mondiales) sont reconnues internationalement. Le mandat confié par le G20 à l’AIE sur la suppression des subventions aux énergies fossiles constitue une priorité soutenue par la Présidence française du G20. La question de la volatilité des prix des matières premières (agricoles et énergétiques) est au centre des préoccupations actuelles.
  • Lutte contre la corruption et les juridictions non coopératives : la Convention anti-corruption de l’OCDE adoptée en 1997 constitue un pas décisif et novateur dans le renforcement de l’intégrité des pratiques du commerce international. La mise en place en 2009 du « Forum mondial sur la transparence fiscale » (lutte contre les paradis fiscaux), sur le modèle du « GAFI » (lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme) participe à la mise en place d’une gouvernance mondiale.
  • Développement : Le Comité d’aide au développement (CAD) élabore les normes en matière d’évaluation de l’aide. Il se concentre aujourd’hui sur la question de l’efficacité de l’aide au service du développement. Il s’agit d’une priorité pour la France (avec un accent particulier sur l’Afrique), qui fait partie des trois plus gros donneurs d’aide publique au développement (APD) avec les Etats-Unis et la Grande-Bretagne (ainsi que l’Union européenne).
  • Emploi et croissance verte : l’OCDE a proposé de mettre son expertise au service des ministres de l’emploi du G20
  • Education : les résultats de l’enquête du Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) sur les performances éducatives comparées des pays ont une portée internationale. Les résultats de cette étude en France pour l’année 2015 ont été dévoilés en décembre 2017.

Portail SGAE